There is no spoon ? There is no budget !

Un article de Dimitri ASHIKHMIN  / Directeur de FWA

« N’essaye pas de tordre la cuillère, car c’est impossible » lui dit l’enfant. « Tu dois essayer de te concentrer pour faire éclater la vérité. » Interpellé, Néo regarde l’enfant : « Quelle vérité ? ». « La cuillère n’existe pas. » répond l’enfant. « Et là, tu sauras que ce qui se tord, ce n’est pas la cuillère, c’est seulement ton reflet. »

There is no spoon

Vous connaissez cette scène culte de Matrix ? Néo attend de rencontrer l’Oracle dans une salle remplie d’enfants qui sont adeptes d'actes impossibles à accomplir. Vous cherchez le lien entre cette cuillère et le budget ? Vous êtes au bon endroit.


Un nouveau cycle budgétaire vient de commencer ! Nous projetons tous nos espoirs de résultats économiques éclatants vers 2016. Par quoi commencez-vous ? Frais généraux ? Masse salariale ? Ventes ?

Généralement, le processus budgétaire s’appuie sur les promesses des vendeurs. L’objectif de CA conditionne les besoins en force de production et en matière première.

Pour le budget des ventes, plusieurs facteurs doivent être pris en compte : les promesses de l'année passée, le réalisé comptable, la santé économique de votre secteur (constatée et rêvée). Peut-on reproduire l'année qui s'achève ? Peut-on faire mieux ?

Pour cela, il faut rassembler les informations de plusieurs sources et les compiler dans un joli tableau. « Encore de l'Excel ? Oh non, pitié ! » Ensuite vous devez demander à tous vos responsables des ventes d'élaborer leurs prévisions. Elles sont, évidemment, financières, mais pleines de commentaires : tantôt des garanties, tantôt des réserves.

Et pour le budget de la masse salariale ? Peut-on vraiment l’estimer en fonction des prévisions des ventes ? On va vendre plus, donc produire davantage, donc embaucher. Mais si ce n’était pas le cas ? Difficile aujourd’hui de prévoir un ajustement des ressources humaines à la baisse …

Tout comme Néo regarde sa cuillère dans Matrix, vous regardez votre masse salariale pour essayer de la rendre souple. Alors, vous ajustez plusieurs facteurs, afin de dynamiser vos ressources humaines. Au lieu de travailler sur la masse générale par service, vous travaillez au niveau de chaque salarié et de chaque composante salariale : définir les salaires, les primes, les compensations de frais.

Mieux encore, vous travaillez sur les affectations analytiques de vos salariés pour leur attribuer des missions sur les projets de l’année suivante.

Et n'oubliez pas les stagiaires, les intérimaires, les apprentis. Eh oui, leur contrat va sans aucun doute s’achever ? Il faudra donc penser à son renouvellement ou à un nouveau recrutement. Imaginez votre matrice bien à l'avance, car pour intégrer tous ces facteurs, il vous faudra le soutien actif du département des ressources humaines et des responsables de services. Le nombre de colonnes de votre tableau risque d'être conséquent. Sauf si vous passez à une gestion évènementielle de votre budget de masse salariale au lieu de le penser mensuel et statique.

Quoi d'autre ? Ah oui, le budget des frais généraux. Il est facile, celui-là. Ramettes de papier, loyers, cantine d'entreprise, séminaires, etc. Vous savez ce dont vous avez eu besoin l'année dernière, vous envisagez l'année à venir avec le même optimisme.

Il reste maintenant le budget des investissements. Ah, celui-là, il est coriace ! Il véhicule de gros montants, mais sans conséquences directes sur l'année suivante. Et puis, il y a tous les investissements des années passées qui pèsent déjà sur 2016 avec leurs amortissements comptables.

Budget des achats ? On y arrive très rarement. Et pourtant, cela nous permet d'optimiser nos négociations avec les fournisseurs. Vous savez à peu près quels sont vos besoins en matière première ? Négociez les gros volumes avec vos fournisseurs ! Devriez-vous faire des hypothèses de remises de fin d'année aussi folles que celles que vous accordez à vos clients ? Et pourquoi pas ?

« Et ne t'inquiète pas pour le vase » dit l’Oracle lors de son premier rendez-vous avec Néo. « Quel vase ? » dit-il, se tourne en le cherchant et casse le vase. « Ce vase. » Devant la perplexité de Néo, l’Oracle répondit que ce n’était pas important de savoir comme elle l’avait prévu, mais plutôt « l'auriez-vous aussi démoli si je ne vous avait rien dit ? »

L'histoire du budget est la même. Inutile de débattre pour savoir si cette construction est utile ou pas, si elle est précise ou pas. De toute manière, personne ne saura jamais ce qui se serait passé si on n'avait pas prédit ce budget mais un autre.

Vous avez terminé votre cycle d'élaboration du budget ? Ouf ! Vous pouvez enfin retourner à votre activité habituelle. Mais si l'ombre du budget était toujours là ? Départ d'un collaborateur ? Prix de la matière première négocié à la baisse ? Gros contrat de vente à signer ? Reportez-le vite dans votre budget pour le rendre souple, malléable … comme une cuillère …

40 000 DAF dans toute la France essaient encore de plier la cuillère. Les autres ont compris que la cuillère n’existe pas, mais que les bonnes solutions budgétaires, elles, si …


Nos clients témoignent...


J’ai apprécié la capacité des équipes de FWA à proposer et à apporter des solutions tout au long du projet. L’équipe a toujours été très réactive. Ils ont été très présents, on a toujours eu des réponses rapidement, surtout lors de la mise en production et des premières utilisations. 

Alexis Valtat, Epicentre

Suivre FWA